Leoville poyferre, un cœur du Médoc, l’histoire d’un vin classé grand cru qui a su conserver tout son panache

Dans le Médoc, il est des traditions qui perdurent et font de la vigne un élément important un folklore local. Le vin leoville poyferre, vin de prestige de Saint-Julien, peut se prévaloir de faire parti d’une confrérie qui se bat pour que le vin soit respecté comme il se doit.

La confrérie de la Commanderie du Bontemps de Médoc, des Graves, de Sauterne.

La Révolution française a mis fin à une longue tradition de confrérie. Les confréries au moyen âge étaient extrêmement puissantes. C’étaient elles qui déterminaient comment les vins se nommaient, les cépages, les mélanges, les prix de vente. À leur disparition, les comités d’appellation ont pris le relai.

Chateau Leoville Poyferre

Chateau leoville poyferre, un très grand cru.

C’est grâce au fameux classement de 1855 que le chateau leoville poyferre voit son entrée dans la cour des grands. Il est le deuxième grand cru à y être classé. Et il devient alors la fierté de son propriétaire. Il est à présent un des joyaux fièrement représenté par la commanderie.

Régulièrement, la commanderie propose à ses initiés de participer à des dégustations ou des manifestations au service du Médoc et ses vins.

La confrérie apporte son aide et ses connaissances aux femmes et aux hommes qui travaillent au service de la qualité du vin de la région Bordelaise. Elle est en charge de regrouper toutes les confréries du Bordelais afin de pouvoir travailler ensemble à l’élaboration d’une région viticole forte et fière de son patrimoine vinicole.

Le château leoville poyferre peut compter sur elle pour lui permettre d’étendre sa réputation bien au-delà des frontières de la France.

Chateau Leoville Poyferre

Leoville poyferre 2010, un vin de légende.

Grâce à son passé prestigieux, à une réputation de nectar des dieux, le vin de leoville poyferre peut se vanter d’être l’un des meilleurs vins du Bordelais.

C’est grâce à un méticuleux travail de plantation et de restructuration qui aura duré presque 20 ans que ces trois dernières années ont été à tout point de vue exceptionnel particulièrement avec le Leoville poyferre 2010.

Une année telle que les initiés n’ont pu retenir leur émoi devant la saveur, devant la couleur devant l’âme de ce millésime. De foi d’initiés de la confrérie, cela faisait longtemps qu’un vin n’avait autant suscité l’enthousiasme des fins connaisseurs que le leoville poyferre mais aussi avec le château Branaire Ducru, Talbot ou Gloria.

Ce millésime doit autant à sa terre d’origine qu’à l’entretien quasi amoureux que ses propriétaires ont pour leur domaine.